Arabie Saoudite : un mineur condamné risque d’être exécuté

Ali al Nimr © privé
Ali al Nimr © privé

[26/10/2016]

Ali al Nimr n’avait que 17 ans lorsqu’il a été appréhendé le 14 février 2012, quelques mois après avoir participé à des rassemblements contre le gouvernement. Bien qu’il ait été mineur au moment de son arrestation, il a été condamné à mort à l’issue d’un procès inique, sur la base d’« aveux » arrachés sous la torture selon ses dires. Il attend désormais son exécution. 

Signez la pétition adressée au Roi d'Arabie Saoudite et à son Premier ministre

Votre Altesse,

Je vous exhorte à annuler la condamnation d’Ali Mohammed Baqir al-Nimr et à veiller à ce qu’il bénéficie d’un nouveau procès équitable, conforme au droit international et aux normes internationales et excluant le recours à la peine de mort.

Ali Mohammed Baqir al-Nimr était mineur au moment de son arrestation, des aveux lui auraient été extorqués sous la torture mais ont tout de même servi de base aux poursuites qui le rendent  aujourd’hui passible d’une exécution. Cette situation est contradictoire avec le fait que l’Arabie saoudite soit partie à la Convention relative aux droits de l’enfant, qui prohibe l’application de la peine de mort à des mineurs délinquants.

Je vous prie instamment d’instaurer sans délai un moratoire officiel sur toutes les exécutions, en vue de l’abolition de la peine capitale en Arabie saoudite.

Je vous prie d'agréer, Votre Majesté, l'expression de mon profond respect.

Amnesty International France protège vos données et vous tiendra informé(e) des futures campagnes.

Conformément à la loi informatique et Libertés du 6 janvier 1978, vous disposez en vous adressant au siège d'Amnesty International France, d'un droit d'accès, de rectification et d'opposition aux informations vous concernant.