Nations unies : le vote atteste d’un soutien solide en vue d'abolir la peine de mort

Bâtiment de l'ONU à News York
Bâtiment de l'ONU à News York

[21/12/2012]

 

Il s’agit de la quatrième résolution de ce type adoptée en session plénière de l’Assemblée générale depuis 2007.

 

 

 

 

 

Ce vote réaffirme clairement la tendance mondiale qui consiste à se départir du recours à la peine de mort. Aujourd’hui, 140 pays dans le monde sont abolitionnistes en droit ou en pratique.

Bien que le vote de l’Assemblée générale ne soit pas légalement contraignant, il exprime la volonté de la communauté internationale et délivre un message fort de la part de cet organisme mondial.

La peine capitale est le châtiment le plus cruel et inhumain qui soit. Amnesty International s’y oppose en toutes circonstances.

Pour mener nos enquêtes et publier nos rapports en toute indépendance,
nous avons besoin de votre soutien Faites un don

Les pays qui ont voté pour la première fois en faveur de cette résolution sont notamment la République centrafricaine, le Tchad, les Seychelles, la Sierra Leone, le Soudan du Sud et la Tunisie. Autre marque de soutien, la Papouasie-Nouvelle-Guinée et l’Indonésie n’ont pas voté contre, mais se sont abstenus.

En revanche, Bahreïn, la Dominique et Oman sont passés de l’abstention à un vote contre la résolution, tandis que les Maldives, la Namibie et le Sri Lanka, qui avaient voté pour, se sont abstenus.

Au final, la résolution a été adoptée par 111 voix en faveur du moratoire, 41 contre et 34 abstentions.