Viêt-Nam : Nguyen Tien Trung, blogueur engagé emprisonné pour ses idées

Blogueur, Trung militait pacifiquement pour la démocratie
Blogueur, Trung militait pacifiquement pour la démocratie.

[04/12/2013]

Né en 1983 au Viêt-Nam, Trung est parti pour la France pour faire ses études à l’Institut national des sciences appliquées de Rennes. Loin de chez lui, il s’initie aussi à l’action politique et commence à s’engager en faveur de la démocratie au Viêt- Nam (pays à parti unique où l’expression démocratique est très restreinte). En 2006, il envoie des lettres ouvertes aux autorités de son pays pour dénoncer l’absence de démocratie, les violations des droits humains et les abus de pouvoir. Il critique également le système éducatif qui met l’accent sur l’idéologie politique. L’absence de réponse le pousse à adresser ces lettres au site vietnamien de la BBC.

Cette même année, il fonde avec des amis l’Assemblée des jeunes Vietnamiens pour la démocratie, un groupe qui incite les jeunes Vietnamiens – dans leur pays ou à l’étranger – à appeler à des réformes politique et à l’instauration de la démocratie. Un an plus tard, son diplôme en poche, il retourne au Viêt-Nam. En mars 2008, il est appelé à faire son service militaire : en raison de ses convictions politiques, il refuse de prêter serment à l’armée et d’engager sa loyauté envers le parti communiste. Il est renvoyé de l’armée le 6 juillet 2009.

Dès le lendemain, il est arrêté chez ses parents à Ho-Chi- Minh-Ville avant d’être placé au secret. Un mois plus tard, une chaîne de télévision gouvernementale diffuse une vidéo dans laquelle il reconnaît avoir fait de la propagande contre l’État. Le 20 janvier 2010, il est jugé avec trois autres personnes pour « tentative de renversement du gouvernement du peuple». En vertu de l’article 79 du Code pénal, il est condamné à sept ans de prison puis trois ans de résidence surveillée.

Lors de son procès, Trung a reconnu avoir appelé à la démocratie mais il a nié avoir cherché à renverser le gouvernement. Trung n’a pas fait appel du jugement.
Ses co-accusés sont condamnés à des peines de cinq à 16 ans de prison. Deux d’entre eux ont été libérés depuis.

Lors d'une soirée de solidarité organisée par Amnesty International France en décembre 2013, au milieu : Hoai Nam Nguyen, frère de Nguyen Tien Trung © Laurent Hini

Un climat ultra répressif

L’arrestation de Nguyen Tien Trung s’est produite dans le cadre d’une vague de répression contre des blogueurs et dissidents politiques vietnamiens en 2009.

Le gouvernement vietnamien ne tolère aucune critique. Les organisations indépendantes, syndicats, ONG et partis politiques ne sont pas autorisés et les médias sont contrôlés par l’État. Malgré ces restrictions, l’utilisation de blogs pour débattre des questions considérées comme sensibles a énormément augmenté.

Les autorités s’appuient sur des dispositions, formulées en termes vagues, liées à la sécurité nationale du Code pénal pour museler les détracteurs du gouvernement. Des dizaines de dissidents ont été condamnés et mis en prison au terme de procès bafouant les normes internationales d’équité. Des dizaines d’autres sont en détention provisoire : blogueurs, hommes d’affaires, militants syndicaux, avocats, chefs religieux, militants sociaux et environnementaux…

Le groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire a même appelé en 2012 le gouvernement du Viêt-Nam à prendre des mesures pour remédier à cette situation. Il a également appelé à la libération de Trung et de ses co-accusés.

Exprimez-vous car nul autre ne peut le faire en notre nom.
Agissez maintenant ou jamais. »


Nguyen Tien Trung

 Pour en savoir plus sur la liberté d’expression au Viêt-Nam

SOUTENEZ NOTRE CAMPAGNE
Découvrez la bande dessinée sur la liberté d'expression entravée en Russie

ACHETEZ-LE directement dans notre e-boutique
Avec Amnesty International vos achats ont du sens !