Burkina Faso : Protégeons les filles du mariage forcé

[25/04/2016]

Plus de la moitié des filles du pays sont mariées avant l’âge de 18 ans.

Elles sont censées avoir autant d’enfants que le souhaite leur mari, quels que soient leurs souhaits personnels et même si une grossesse précoce pourrait mettre leur santé et leur vie en danger. (en savoir plus)

Appelez dès aujourd’hui le Ministre de la justice du gouvernement burkinabè à protéger les filles et les jeunes femmes du mariage forcé.

Monsieur le Ministre, j’exhorte votre gouvernement à : 

faire appliquer les lois nationales et les obligations internationales qui interdisent le mariage précoce et forcé, et garantir leur mise en œuvre ;

garantir la protection des victimes de mariages précoces et forcés et leur fournir un refuge et des services d’assistance ;

sensibiliser la population à l’interdiction du mariage précoce et forcé et donner des informations sur les endroits où les jeunes filles peuvent trouver de l’aide si elles sont en danger.

Je vous prie de bien vouloir agréer, Monsieur le Ministre, ma plus profonde considération.

Amnesty International France protège vos données et vous tiendra informé(e) des futures campagnes.

Conformément à la loi informatique et Libertés du 6 janvier 1978, vous disposez en vous adressant au siège d'Amnesty International France, d'un droit d'accès, de rectification et d'opposition aux informations vous concernant.