Nouvel appel pour réformer les lois anti-avortement en Irlande

Manifestation pour le droit à l'avortement en Irlande © Amnesty International
Manifestation pour le droit à l'avortement en Irlande © Amnesty International

[13/05/2016]

L'examen des Nations unies relance l'appel pour une réforme des lois irlandaises en matière d'avortement.

Mme Frances Fitzgerald, vice-Premier ministre et ministre de la Justice et de l'Égalité en Irlande s’est engagée à réviser les lois en matière d'avortement en Irlande.

DES RECOMMANDATIONS APRÈS L'EPU PAR LE CONSEIL DES DROITS DE L'HOMME DE L'ONU

La vice-Premier ministre s'est exprimée à l'occasion de l'Examen périodique universel (EPU) de l'Irlande par le Conseil des droits de l'homme de l'ONU à Genève.

La situation des droits humains en Irlande était examinée par les États membres de l'ONU pour la seconde fois, et nombre d'entre eux ont fait part de leurs préoccupations concernant la protection des droits humains sur un grand nombre de questions, et particulièrement sur celle des lois irlandaises encadrant de manière punitive et restrictive l'avortement.

Lire aussi : Irlande : l'avortement fait toujours d'elles des criminelles

En 2011, plusieurs Etats avaient présenté des recommandations sur la question de l'avortement, toutes avaient été rejetées par le gouvernement. Le 12 mai 2016, un nombre équivalent d'Etats ont exprimé clairement que ces lois constituent une violation des obligations de l'Irlande en matière de droit international relatif aux droits humains, l'accueil des autorités irlandaises a cette fois été différent.

Manifestation pour le droit à l'avortement en Irlande © Amnesty InternationalManifestation pour le droit à l'avortement en Irlande © Amnesty International

À PROPOS DE L'EPU

L’Examen Périodique Universel (EPU) est un mécanisme unique du Conseil des droits de l’homme (le Conseil) ayant pour but d’améliorer la situation des droits humains dans chacun des États membres des Nations Unies.

Avec ce mécanisme, la situation des droits humains de tous les pays membres de l’ONU est examinée tous les quatre ans et demi. 

"Mon Corps Mes Droits" partout, pour tous. Agissez contre les mariages forcés au Burkina Faso  SIGNEZ