#SOSEurope : protéger les migrants, avant de protéger les frontières

#SOSEurope : protéger les migrants, avant de protéger les frontières

#SOSEurope : protéger les migrants, avant de protéger les frontières
L’Union européenne a fait le choix de contrôler plutôt que de protéger

Opérations conjointes aux frontières grecques, surveillance de la Méditerranée, financement des programmes nationaux de contrôle des frontières ou coopération avec la Libye, la priorité de l’UE est donnée au contrôle.


Pourtant, depuis des années, plus de 3 500 personnes au moins ont disparu depuis 2011 en Méditerranée ou en Mer Egée alors qu’elles cherchaient à rejoindre l’Union européenne.

Participez à nos actions sur la campagne #SOSEurope, pour protéger les migrants   SIGNEZ

Certains Etats ont contrôlé ou contrôlent encore leurs frontières au mépris des textes protégeant les droits humains. L’Italie a refoulé des réfugiés et des migrants en pleine mer en lien avec la Libye. La Grèce les maltraite en les renvoyant en Turquie.

 

#SOSEurope : Une campagne européenne pour protéger les personnes d’abord !

©AI -juillet 2013©AI -juillet 2013Migrants ou réfugiés, quel que soit leur origine, leur objectif et leur statut, tous ont droit au respect de leur vie et de leurs droits.

 

#SOSEurope poursuit deux objectifs :

Les opérations de contrôle des migrations aux frontières de l’UE doivent respecter les droits humains :
•    pas de renvois forcés des migrants et des réfugiés qui tentent de rejoindre l’UE.
•    pas de détention abusives des migrants et réfugiés aux frontières.
•    pas de mauvais traitements physiques contre celles et ceux qui essayent de pénétrer en Europe.
•    pas d’accord conclu pour contrôler les migrations avec des Etats qui, comme la Libye, ne respectent pas les droits des migrants et des réfugiés (détention arbitraire, torture et renvois forcés).

Les opérations de contrôle des migrations, y compris la coopération existante avec des Etats tiers, doivent être transparentes :
•    connaître toute les opérations européennes de contrôle aux frontières.
•    connaître le détail de ces opérations (qui est arrêté, d’où viennent les personnes, pourquoi souhaitent-elles rejoindre l’UE, que deviennent-elles après leur contrôle ?).


Les actions de #SOSEurope visent régulièrement les institutions européennes et le Parlement européen, les Gouvernements et les parlements nationaux car tous détiennent le pouvoir de mettre le respect des droits humains au cœur des politiques migratoires de l’Union européenne.

Pour que cessent les atteintes aux droits humains à nos frontières, rejoignez-nous !

 

 

Suivez notre responsable Asile et Migrations sur TWITTER :