Mexique : stop aux violences sexuelles par les forces de l'ordre

Fresque murale contre les violences faites aux femmes © Departamento de Comunica
Fresque murale contre les violences faites aux femmes © Departamento de Comunicación Social del Municipio de Veracruz, Mexico

[27/06/2016]

Après avoir mené une enquête, Amnesty International a publié un rapport reprenant les cas de 100 femmes arrêtées au Mexique.

Les pratiques employées par les forces de sécurité mexicaines (police et forces armées) révèlent que le recours à recours à la torture et aux abus sexuels est un problème endémique.



Il est temps d’agir en interpellant le Ministre de l’intérieur du Mexique afin que ces pratiques cessent !

Monsieur le Ministre,

Je suis très préoccupé(e) par l’usage généralisé de la torture et autres mauvais traitements au Mexique, notamment à l’encontre des femmes. Amnesty International a récemment interrogé 100 femmes incarcérées, qui ont toutes signalé avoir été victimes de torture et de mauvais traitements, notamment d’agressions sexuelles et de viols.

En 2015, le ministère de l’Intérieur et d’autres agences fédérales ont fondé un groupe de travail interinstitutionnel pour résoudre le problème de la torture subie par les femmes. Un Mécanisme de suivi des cas de torture sexuelle doit regrouper des agents publics officiels, des associations de la société civile et des experts. Mais aucun cas n’a, pour l’instant, été traité par le groupe de travail.

Vous avez vous-même exprimé votre engagement dans le combat contre les violences faites aux femmes, notamment les actes de torture et autres mauvais traitements. Aujourd’hui, vous avez l’opportunité de pouvoir concrétiser votre engagement. Par conséquent, je vous exhorte à prendre des mesures immédiates et efficaces afin que le Mécanisme de suivi des cas de torture sexuelle devienne une réalité.

Ce mécanisme doit :
- passer en revue, de manière rapide et efficace, tous les cas qui sont sous sa juridiction ;
- émettre des recommandations sur les enquêtes sur les faits de torture afin que les coupables soient traduits en justice ;
- proposer des mesures structurelles pour empêcher et combattre la torture contre les femmes dans le pays.

Pour accomplir ces objectifs, le groupe de travail nécessite la participation de toutes les autorités fédérales pertinentes et disposer des ressources nécessaires.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de ma haute considération.

Amnesty International France protège vos données et vous tiendra informé(e) des futures campagnes.

Conformément à la loi informatique et Libertés du 6 janvier 1978, vous disposez en vous adressant au siège d'Amnesty International France, d'un droit d'accès, de rectification et d'opposition aux informations vous concernant.